Faut-il avoir peur du logement social ?

Principe de base : la forme d’un bâtiment n’en définit pas nécessairement la catégorie.

Un bâtiment cubique n’est pas nécessairement un logement social (autrement dit HLM – Habitation à Loyer Modéré).

Exemple: ces deux maisons cubiques dans le quartier du Grand-Val.

il s’agit simplement d’architecture moderne, qu’on peut, ou non, apprécier, mais qui doit respecter toutes les règlementations et en particulier la réglementation d’urbanisme applicable à ce secteur.

Un immeuble collectif ou de grande hauteur n’est pas nécessairement un HLM . Exemple : les 2 grands bâtiments du Clos de Pacy. En fait, il s’agit d’une copropriété privée dans laquelle la commune possède des lots (Maison des associations).

Cette copropriété des années 70 a pourtant fait l’objet d’une rénovation thermique (isolation et remplacement des fenêtres) aidée financièrement par l’État et le Département, cette rénovation étant destinée à lutter contre la précarité énergétique.

Un logement HLM n’est pas nécessairement situé dans un immeuble collectif, ni en zone urbaine dense. Exemple : Ces sept logements HLM individuels, à Ollainville (91) de 2 à 5 pièces, dont un ayant 4 pièces pour une personne handicapée. Ils bénéficient d’un jardin privatif et de 2 places de stationnement. Ils sont bien inséré dans le tissu urbain d’une commune rurale

A noter que, comme toute construction publique ou privée, ils respectent les règlementations en vigueur (RT 2012, règlementations handicap, acoustique, d’urbanisme etc) voire même bénéficient de labels (ici label Qualitel)

Deuxième principe : le logement HLM n’est pas nécessairement réservé aux « pauvres » ou aux cas sociaux

Les ressources mensuelles nettes à ne pas dépasser (hors allocations familiales) pour accéder à un logement HLM sont fonction à la fois de :

  • sa catégorie, qui est liée au mode de prêt qui a financé la construction du logement ou de l’immeuble :
    • PLAI (Prêt Locatif Aidé d’Insertion)
    • PLUS (Prêt Locatif à Usage Social)
    • PLS (Prêt Locatif Social)
  • la composition familiale du futur locataire 
Catégorie PLAI PLUS PLS
1 personne seule  1 208 € 2 196 € 2 811 €
un couple 1 970 € 3 283 € 4 201 €
un couple et un enfant 2 368 € 3 946 € 5 050 €
un couple et deux enfants 2 600 € 4 726 € 6 049 €
un couple et trois enfants 3 078 € 5 595 € 7 161 €
Pour la catégorie « PLS » le plafond de ressources est supérieur au revenu médian des ménages en Ile de France (calcul selon méthode et données INSEE). On voit donc que, s’il y avait assez de logements sociaux, une grande partie des classes moyennes pourrait accéder au logement social au lieu de louer son logement avec un loyer à prix prohibitif ou bien de devenir propriétaire en s’éloignant de plus en plus des centres urbains.

Sur Sucy-en-Brie, pour respecter la loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU), qui impose un taux de 25 % de logements sociaux, la mairie a fait le choix de faire appel à des organismes qui ne produisent que des logements sociaux type PLS (loyers entre 300 et 1000 € hors charges du studio au 5 pièces) donc à destination des classes moyennes.

A titre d’exemple, l’immeuble en construction en centre-ville à côté de la médiathèque comporte huit logements sociaux de type PLS. Il aurait été possible d’avoir une mixité totale dans ce bâtiment.

Il y aura donc une « certaine mixité » mais pas trop !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.